L’élément déclencheur lance l’intrigue de votre histoire. C’est lui qui introduit le suspense et est susceptible d’accrocher le lecteur… ou pas.

Bien que très court, l’élément déclencheur est peut-être le moment le plus important de l’histoire. Tout ce qui va survenir après, sont des conséquences de cet événement. Il faut donc le choisir avec minutie.

Je vous explique dans cet article qu’est-ce qui fait un bon élément déclencheur et vous donne des exemples de types d’éléments déclencheurs employés dans de nombreux livres.

Qu’est-ce que l’élément déclencheur ?

L’élément déclencheur (ou élément perturbateur) est un événement dans l’histoire qui altère la situation initiale et engendre les péripéties. Il lance le mouvement du récit qui s’accentue jusqu’au climax.

L’élément perturbateur possède quatre caractères qui reviennent à chaque fois :

  • c’est une rupture dans la vie normale des personnages
  • il est hors de contrôle du protagoniste
  • il nécessite une action urgente de la part des personnages
  • il survient tôt dans l’histoire, parfois dès la première scène, parfois dans les quatre premières scènes.

Voici la structure dramatique d’un récit :

L’élément perturbateur arrive en deuxième, il met fin à l’exposition et déclenche le processus de changement.

Ce moment est très bref dans l’histoire. C’est juste un événement. Il dure moins d’une scène. L’élément déclencheur peut être cependant mis en place sur plusieurs scènes pendant l’exposition, avant qu’il ne survienne réellement.

Caractéristiques d’un bon élément déclencheur

  • L’événement déclencheur n’est pas juste une volonté du personnage principal. Le désir du protagoniste est important, mais il n’est pas un élément perturbateur. N’oublions pas qu’un élément perturbateur n’est pas causé par le personnage principal.
  • Il peut être positif ou négatif. Certains l’appellent « le problème », d’autres « l’appel à l’aventure », peu importe qu’il soit positif ou négatif, ce qui compte c’est qu’il constitue une interruption. Il peut même être à la fois positif et négatif. Il y a souvent des problèmes qui résultent d’un événement perturbateur, même si celui-ci est positif. Et il y a généralement aussi des conséquences heureuses à cet événement.
  • L’élément déclencheur est lié au thème. Quel que soit celui-ci, l’élément perturbateur vient questionner les valeurs qui sont en jeu autour de ce thème. Par exemple, dans une histoire sur le thème de l’amour, l’élément déclencheur peut être une tromperie ; dans ce cas il met en jeu le pardon contre la vengeance. Il y a différentes valeurs liées à un même thème, celles que vous mettrez en jeu dépendent de comment vous vous positionnez par rapport au thème. Le conflit vient du thème, l’élément déclencheur doit donc mettre en jeu les valeurs liées au thème.

10 types d’éléments déclencheurs

Il existe des millions d’histoires, mais beaucoup d’entre elles ont des structures similaires. On peut donc définir des types d’élément déclencheur qui reviennent souvent.

  • L’appel à l’aventure. Le protagoniste peut être appelé à l’aventure par un mentor, une victime, ou bien un ennemi.
  • La mort d’une personne aimée. Dans ce cas l’intrique peut-être autour de la vengeance ou bien de la continuation de la quête du défunt. Le mourant donne parfois une mission, un indice ou bien un talisman au protagoniste avant de mourir.
  • Le mystère. Dans le cadre d’un livre policier, le mystère peut être la découverte d’un cadavre, ou bien un témoin qui relate une affaire étrange.
  • La découverte d’un lieu ou d’un objet mystérieux. C’est souvent le cas dans les histoires d’horreur.
  • Une rencontre. Dans le cadre d’une histoire d’amour, il peut y avoir une connexion émotionnelle entre deux inconnus, ou alors l’inverse : ils peuvent se détester.
  • Une trahison. Également dans une histoire d’amour, mais d’un autre type, il peut d’agir d’une infidélité.
  • Un tournoi. L’intrigue porte alors sur l’accomplissement ou l’échec.
  • L’entrée dans une nouvelle vie. Lorsque par exemple le personnage passe à l’âge adulte, qu’il obtient une nouvelle profession, ou bien qu’il entre dans une nouvelle école.
  • La découverte d’un nouveau monde. C’est souvent l’élément perturbateur du genre fantastique. Comme dans le précédent, le protagoniste est plongé dans la confusion car il est face à quelque-chose qui est hors de sa vision du monde. Il y a souvent une intrigue secondaire à l’intérieur de l’intrigue de la confrontation au nouveau monde.
  • La tentation. Le protagoniste est confronté à un choix qui oppose ses valeurs morales. Il va peut-être trahir sa conscience.

Il y a donc différentes façons de lancer l’intrigue avec l’élément perturbateur en fonction du thème de notre histoire. Dans tous les cas, on plonge le protagoniste dans une nouvelle situation qui va engendrer des difficultés.

Abonnez-vous aux emails pour être averti de la publication des articles sur les autres étapes de la structure dramatique d’une histoire.

Tags

Derniers articles

Ne pas avoir de méthode, lorsqu’on est écrivain, est un peu comme […]
Le plus important dans une histoire, n’est pas l’histoire en elle-même, mais […]
Aujourd’hui, je pique la célèbre phrase de Ernest Hemingway « Write drunk, edit […]