Avoir un bon thème pour son histoire permet de faire en sorte que le lecteur se sente concerné par son contenu, qu’il ait envie de la lire jusqu’au bout et qu’il s’en souvienne longtemps après l’avoir terminée.

Mais attention, mal introduire le thème de son histoire peut rendre celle-ci ennuyeuse, voire même assommante. Je vais donc vous expliquer dans cet article comment choisir son thème pour son histoire et comment l’aborder de manière subtile.

Identifier le thème de son histoire

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un thème ?

Il s’agit du sujet central que vous abordez dans votre histoire. C’est l’idée derrière les événements fictifs de votre histoire.

Un roman peut avoir plusieurs thèmes, mais il vaut mieux en choisir seulement quelques-uns pour être capable de les exploiter totalement et qu’ils aient ainsi plus d’impact sur le lecteur. Dans une nouvelle, il est préférable d’aborder un seul thème majeur.

Le thème découle en général du développement émotionnel des personnages ou bien des conséquences de leurs actions.

Il vous permettra de créer une connexion entre le lecteur et les personnages. Le lecteur suit l’évolution d’un personnage, est confronté aux mêmes thèmes et est susceptible d’évoluer en même temps que lui. Si le lecteur est atteint émotionnellement par ce thème, il pourra se rappeler de l’histoire pendant longtemps.

Attention à amener le thème de façon subtile ! Il ne faut pas assommer le lecteur à coup de règles morales que vous écrivez littéralement. Le but n’est pas d’inséminer un message par tous les moyens dans l’esprit de votre lecteur.

Le thème est un message que le lecteur découvrira en lisant entre les lignes et en tirant des leçons des expériences que vivent les personnages.

Voici quelques exemples de thèmes que vous pouvez choisir d’aborder dans votre histoire : le bonheur, l’amour, le changement, l’injustice, l’ambition, l’angoisse, l’éducation, la souffrance, etc.

Déterminer son propos par rapport au thème

Il s’agit de ce que vous voulez exprimer en tant qu’auteur à propos du sujet que vous abordez. C’est-à-dire comment vous vous positionnez par rapport au thème. Quel message voulez-vous faire passer ?

Il peut y avoir plusieurs messages, mais le mieux est d’en avoir un dominant.

Par exemple pour le thème du changement, votre propos peut être : « les gens ont peur du changement, mais le changement est inévitable » ou bien « le savoir peut aider à préparer le futur ».

Pour le thème de l’amour : « traite les autres comme tu aimerais être traité » ou encore « l’amour triomphe sur tout le reste : la haine, l’égoïsme, la mort… ».

Comment construire le thème de son histoire ?

Le thème se situe soit :

  • dans les défauts de ses personnages ; soit
  • dans les épreuves qui se présentent à eux (ou qu’ils doivent surmonter pour atteindre leur objectif)

Votre propos est le résultat de l’évolution interne des personnages. Leur changement (ou absence de changement) en conséquence des événements de l’histoire permet aux lecteurs de comprendre votre positionnement par rapport au thème.

Pour intégrer un thème à votre histoire, posez-vous les questions suivantes :

  • Qui est votre personnage au début de l’histoire ?
  • Quels sont ses défauts et en quoi l’empêchent-ils d’atteindre le bonheur ou ses objectifs ?
  • Comment les événements de l’histoire changent le personnage ?
  • Est-ce qu’ils viennent à bout des défauts des personnages et des obstacles sur leur chemin ? Comment ?
  • Quelle personne est devenue votre personnage à la fin de l’histoire ?

Une fois que vous avez écrit les réponses à ces questions, demandez-vous quels thèmes émergent de votre histoire. Vous pouvez ensuite les amplifier en renforçant le développement des personnages.

Catégorie
Tags

Derniers articles

Ne pas avoir de méthode, lorsqu’on est écrivain, est un peu comme […]
Le plus important dans une histoire, n’est pas l’histoire en elle-même, mais […]
Aujourd’hui, je pique la célèbre phrase de Ernest Hemingway « Write drunk, edit […]