Comment commence une histoire ?

Le début d’une histoire est essentiel : c’est lui qui va déterminer si le lecteur va continuer de lire ou pas. Il est donc important de soigner l’exposition de son récit.

Je vous présente dans cet article les éléments indispensables à une exposition efficace ainsi que les pièges à éviter qui feront fuir votre lecteur avant même d’être rentré dans l’histoire.

Qu’est-ce que l’exposition ?

L’exposition (ou situation initiale) sert à présenter l’histoire. Elle introduit le sujet, le contexte, les personnages, ainsi que le ton de votre récit.

L’exposition est relativement courte par rapport à la longueur du texte entier. Il s’y passe peu de choses et il y a peu de changement entre son début et sa fin.

Dans un roman, elle est généralement constituée de une à quatre scènes. Dans une nouvelle, elle ne dure pas plus d’une scène.

Voici la structure dramatique d’un récit :

L’exposition se trouve au début du récit. Elle met en place l’histoire avant l’élément déclencheur.

4 conseils pour une bonne exposition

1. Introduire le thème principal

Le thème est le sujet central de votre histoire, j’en parle dans cet article. L’introduire dès le début permet au lecteur de savoir immédiatement de quoi traite l’histoire. Il pourra donc se sentir concerné par son contenu dès le départ.

La meilleure façon d’aborder le thème est de le faire en présentant les personnages, ainsi que leurs aspirations et objectifs. On introduit ainsi les valeurs qui sont en jeu.

2. Inclure un début de conflit

Une exposition sans conflit peut être vite ennuyeuse. N’oublions pas que c’est une partie de l’histoire qui mérite autant que les autres d’être intéressante. Elle doit donc comporter un conflit pour que le lecteur commence à se poser des questions.

Il faut faire attention à ne pas non plus révéler l’élément perturbateur. Ce n’est pas encore le moment d’aborder le problème principal de l’histoire.

Encore une fois, c’est dans les personnalités des personnages ou dans les relations qu’ils entretiennent avec les autres que l’on peut introduire des conflits.

3. Introduire les personnages

La plupart des personnages doivent être présentés au début de l’histoire. Découvrir un personnage important au milieu de l’histoire peut être frustrant pour le lecteur.

On peut présenter les traits de caractère, les valeurs ou la personnalité d’un personnage, sans forcément la décrire. On peut simplement la monter à travers l’action qu’effectue un personnage. Le lecteur comprend immédiatement à quel genre de personne on a affaire et le récit n’a pas besoin d’être stoppé par une longue description. L’exposition est donc plus dynamique.

4. Ne pas commencer par la scène d’exposition

Certaines histoires se passent ou repoussent la scène d’exposition en commençant par une autre scène. Cela permet de mettre de la tension dès les premières lignes et c’est très efficace dans les histoires d’horreur, d’action ou dans les thrillers.

Il y a deux façons de le faire :

  • In Medias Res. L’histoire commence au milieu de l’action. Dans ce cas, il y a du suspense dès le départ et le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer. Mais le fait qu’il n’ait pas le temps de faire connaissance avec les personnages peut le faire se sentir distant, voire même confus.
  • Donner un aperçu du futur. Le récit commence par une vision du climax, le moment où la tension est à son comble. Puis on est tout de suite ramené au début de l’histoire, à l’exposition. Dans ce cas, l’aperçu doit être très court. Le lecteur aperçoit juste un bref moment pendant la crise. Cela a pour but de susciter son intérêt. Il se demande alors comment les personnages en sont arrivés là et suit alors l’histoire avec grande attention.

Ces deux techniques sont très efficaces pour happer le lecteur directement. Mais attention, parfois, les utiliser revient à rater l’occasion de créer un lien entre le lecteur et les personnages. Il peut donc se trouver dans l’inconnu, lisant une histoire d’individus qu’il ne connaît pas.

Dans les deux cas, ces moments d’accroche doivent rester courts et revenir à une présentation des personnages et de la situation rapidement. L’exposition intervient donc après.

Une exposition réussie ne commence donc ni trop rapidement, ni trop lentement. Il faut trouver un juste équilibre entre les informations et le mouvement. Il faut donc à la fois introduire les personnages et les éléments de crise.

L’exposition constitue les fondations de l’histoire. Elle doit donc être solide pour supporter tout ce qui va venir par la suite.

Dans les prochains jours, je publierai un article sur chaque étape de la structure d’une histoire. Inscris-toi aux emails si tu veux être averti lors de leur publication.

Tags

Derniers articles

Combien de fois avez-vous abandonné une histoire en cours d’écriture ? Commencer à […]
Il y a quelques jours, j’ai eu un nouveau smartphone. J’ai découvert […]
D’un côté, il y a les livres.  De beaux objets qui renferment […]