Dans un article précédent, je vous ai présenté les 7 étapes obligatoires pour écrire une nouvelle. Il est important de connaître la démarche à suivre pour être capable d’écrire une nouvelle, mais cela ne suffit pas à en faire une bonne nouvelle.

La nouvelle est une fiction plus courte qu’un roman, mais pas forcément plus facile à écrire. Il y a en effet certaines règles à connaître pour être capable de maîtriser le genre.

Être concis

La concision est l’essence même de la nouvelle. Celle-ci s’opère sur différents points :

  • Tout d’abord, l’action unique. Évitez de multiplier les intrigues. Il ne doit pas y avoir trop de rebondissements ou de fausses pistes. Finalement, il se passe peu de choses entre la situation initiale et la situation finale.
  • Ensuite, ayez un nombre limité de personnages. Le lecteur doit comprendre rapidement quels sont les différents acteurs du récit, chacun d’eux doit avoir un rôle important par rapport à l’histoire. Si un personnage n’est pas indispensable, ce n’est pas la peine de l’introduire, voire même de l’évoquer. Ensuite, chaque personnage doit avoir une description réduite. On doit pouvoir visualiser et comprendre le personnage avec une description de quelques lignes, vous n’aurez pas la place de développer profondément les personnages. Il est intéressant de développer la psychologie du personnage seulement si elle est fortement lié à l’intrigue de l’histoire.
  • Une nouvelle comprend également peu de lieux. Et comme pour les personnages, ceux-ci sont peu décrits. Vous pouvez même seulement les esquisser. Le lecteur doit juste comprendre à quel genre d’espace on a affaire. Encore une fois, si l’intrigue se trouve autour de la découverte d’un lieux, faites abstraction de cette règle.
  • La concision est aussi importante dans votre façon d’écrire. Les effets et les techniques doivent être concentrés. Dans le cadre de la nouvelle, tout doit être pesé et précis.

Pour être concis, demandez-vous à chaque fois si ce que vous écrivez alimente l’intrigue ou pas. Si ce n’est pas le cas, supprimez-le.

Tenir un rythme dynamique

Voici un exemple de structure pour une nouvelle rythmée :

  • Situation initiale : présentation brève des personnages et des lieux.
  • Élément déclencheur : introduit le conflit et lance l’intrigue. Il y a une rupture dans l’ordre établi. L’élément déclencheur doit arriver le plus tôt possible, c’est à ce moment que le rythme du récit est amorcé et c’est lui qui tiendra le lecteur en haleine. L’histoire peut même commencer in medias res, c’est-à-dire dans le feu de l’action ; dans ce cas l’élément déclencheur a eu lieu avant le début de l’histoire.
  • Péripéties : le trouble s’accentue, la situation devient pire pour le personnage et le suspense augmente. N’oubliez pas qu’il y a peu d’événements, donc pas de retournement de situation ou de véritables moments de pause dans l’intrigue principale.
  • Le dénouement : c’est le moment de marquer le lecteur. Le dénouement doit être fort. Dans un récit aussi court, celui-ci prend une plus grande importante et c’est de lui dont le lecteur se souviendra en ayant terminé sa lecture. Vous pouvez utiliser la chute pour surprendre le lecteur, mais cela n’est pas obligatoire. Dans tous les cas, cette étape est le résultat des événements qui se sont déroulés pendant l’histoire.
  • La situation finale : expliquez brièvement l’impact du dénouement sur les personnages. Cette étape n’est pas obligatoire, surtout lorsqu’il y a une chute ; le récit s’arrête parfois au moment où on découvre le dénouement.

Une nouvelle dynamique commence le plus proche possible du dénouement. Supprimez tous les passages non indispensables. N’hésitez pas à utiliser des ellipses ; on accorde par exemple rarement d’importance à comment les personnages se rendent d’un lieu à un autre, ou bien ce qu’ils font entre deux moments importants pour l’intrigue.

La nouvelle est pensée pour être lue d’un trait, elle doit donc être construite de façon à ce que le lecteur ait immédiatement envie de connaître la fin.

Une bonne nouvelle joue sur l’attente et la surprise, cela donne du relief à votre histoire. Dans un premier temps, il faut piquer la curiosité du lecteur, ensuite le tenir en haleine en lui révélant progressivement des indices, puis le surprendre à la fin, voire le choquer.

Ces conseils sont la base de l’écriture de nouvelles, mais les appliquer permet de rendre ses écrits plus intéressants et donc plus attrayants pour les lecteurs. Si vous connaissez d’autres conseils pour améliorer ses nouvelles, partagez-les dans les commentaires.

Catégorie
Tags

Derniers articles

Il y a quelques jours, j’ai eu un nouveau smartphone. J’ai découvert […]
D’un côté, il y a les livres.  De beaux objets qui renferment […]
En plus d’avoir initié l’idée du défi d’écrire 52 nouvelles en 52 […]