Les personnages font tout dans une histoire. Ils sont le moteur de l’histoire. C’est à travers leurs actions que le lecteur la découvre.

De bons personnages ont le pouvoir de marquer profondément le lecteur. Les livres que j’ai préférés ont tous des personnages qui m’ont touché et dont je me rappelle encore aujourd’hui.

Les personnages sont donc un des éléments les plus importants dans une histoire. Ils peuvent complètement révolutionner l’histoire dans laquelle ils sont. Mais inversement, un mauvais personnage peut complètement ruiner une bonne histoire. Il y a particulièrement une chose que votre personnage ne doit surtout pas être.

Votre personnage ne doit surtout pas être passif

Les personnages d’une histoire sont confrontés à des problèmes. Ils sont faces à des situations qui nécessitent des actions. Il n’y a rien de plus énervant pour un lecteur qu’un personnage qui subit passivement ces situations.

Lorsque le personnage sait ce qu’il a à faire et que le lecteur aussi, c’est très déstabilisant de ne pas le voir faire ce qu’il faudrait faire. Un personnage qui se plaint et est dans une position de victime sans se bouger pour en sortir est donc à proscrire.

Les personnages sont sensés être les moteurs de l’histoire. S’ils n’agissent pas, ils deviennent un frein et ralentissent l’histoire. Et ça, c’est très ennuyeux du point de vue du lecteur.

Un bon personnage doit être actif

Je suis partisan de la pensée que ce ne sont pas nos possessions ou notre apparence, mais nos actions qui nous définissent en tant qu’individu. Et c’est d’autant plus vrai pour les personnages d’une histoire. Quelle que soit la description de sa personnalité, de ses valeurs et de son caractère par le narrateur, le lecteur attend de voir ses actions pour savoir qui il est vraiment.

Il faut que le personnage soit courageux, qu’il fasse face aux difficultés qu’il rencontre et aille de l’avant. C’est à la fois bon pour l’image que s’en fait le lecteur et pour le déroulement de l’histoire.

Un bon personnage n’est pas parfait

Un personnage parfait est ennuyeux. Votre personnage doit avoir ses défaut, ses peurs, mais il doit quand même être actif. Il ne doit pas forcément avoir une détermination à toute épreuve et peut même faire preuve de fénéantise, mais quelle que soit la situation, il doit agir pour faire avancer l’histoire.

Votre personnage peut même être inactif au départ, mais s’il ne passe pas à l’action au bout d’un moment il n’y a tout simplement pas d’histoire. C’est le cas, par exemple, de Bilbo le hobbit, qui souhaiterait se la couler douce chez lui, mais qui choisi malgré tout de partir à l’aventure avec Gandalf et qui plus tard se bat contre des araignées géantes et sauve ses amis. Le personnage passe ici progressivement de la passivité à l’activité et devient de plus en plus courageux.

Un personnage courageux n’est pas forcément fort, téméraire et sûr de lui. Il peut même être faible et échouer souvent. Mais un personnage courageux, malgré ses peurs et difficultés, choisi d’agir face aux problèmes qu’il rencontre.

Et ce sont les intentions d’un personnage qui le pousse à agir. Vous devez être clair sur les intentions de votre personnage. Ce sont elles qui vont déterminer comment celui-ci va agir face aux obstacles rencontrés. Un personnage doit avoir un but et croire en lui. C’est nécessaire pour que le lecteur y croit à son tour et qu’il puisse s’attacher à lui.

Donc quelle que soit la personnalité de votre personnage, assurez-vous que celui-ci ait de fortes motivations. Ses motivations vont ensuite guider ses actes et ses décisions. Et face à la crise et aux différentes complications que le personnage va rencontrer, il va toujours agir en fonction de ces motivations. C’est ainsi que l’on crée un bon personnage : un personnage qui agit tout au long de l’histoire en suivant ses intensions.

Catégorie
Tags

Derniers articles

Ne pas avoir de méthode, lorsqu’on est écrivain, est un peu comme […]
Le plus important dans une histoire, n’est pas l’histoire en elle-même, mais […]
Aujourd’hui, je pique la célèbre phrase de Ernest Hemingway « Write drunk, edit […]