Connaissez-vous cette situation ?

Vous vous installez à votre bureau, allumez votre ordinateur, ouvrez une page Word et puis… plus rien. Vous regardez le curseur clignoter mais les mots ne viennent pas. Impossible de commencer à écrire.

Les écrivains ont tous connu un jour le syndrome de la page blanche. C’est un blocage qui survient surtout lorsqu’on débute l’écriture, mais même les écrivains aguerris peuvent en être victime de temps en temps.

« The scariest moment is always just before you start. »

Stephen King

Le plus dur est de commencer. Une fois qu’on est lancé, il est facile de continuer. Mais pour certains écrivains, la page blanche constitue une muraille infranchissable qui les empêche d’aller plus loin.

Il y a cependant des techniques pour franchir cette muraille. Je vous les livre à travers cet article, à vous de choisir celles qui vous conviennent le mieux. Elles vous permettront de surpasser la page blanche et d’écrire en étant inarrêtable.

Se conditionner

Voici dans un premier temps quatre actions à effectuer pour entrer dans un état d’esprit créatif. La page blanche est un blocage mental et il existe des stratégies pour se débloquer.

Établir des contraintes

Le problème de la page blanche, c’est que vous êtes face à une infinité de possibilités. C’est génial car vous pouvez écrire ce que vous voulez, mais le fait de n’avoir aucune piste peut être frustrant.

Dans ce cas, c’est à vous de fixer vos objectifs. Définissez ce que vous voulez écrire avant de vous lancer. Vous pouvez par exemple choisir un point de vue, une voix, le lieux où se déroule votre histoire, ou encore une spécificité de votre personnage principal.

Les contraintes servent de guide. Elles limitent les possibilités et donc facilitent vos choix. C’est un bon moyen de vous donner des idées pour commencer.

Planifier des pauses

Pour être productif, déterminez le moment où vous allez arrêter d’écrire. Vous pouvez par exemple vous asseoir à votre bureau en mettant un minuteur sur deux heures. Au bout de ce temps faites une pause ou arrêtez d’écrire. Vous pourrez ensuite reprendre si vous avez encore de l’énergie.

En sachant que vous n’avez qu’un certain temps devant vous pour écrire, vous vous mettez une petite pression qui vous pousse à passer à l’action. Cela vous incite à vous lancer car vous savez que si vous ne le faites pas maintenant, vous n’aurez rien.

Ne pas avoir d’objectif de temps vous fait repousser le moment où vous commencez à écrire. Se fixer une limite de temps réduit vos chances de procrastiner.

Éliminer les distractions

Comme le dit Stephen King, il faut écrire la porte fermée. C’est-à-dire ne pas être dérangé pendant que l’on écrit. Il s’agit donc de prévenir les personnes autour de nous que l’on a besoin d’un certain temps pendant lequel on ne pourra pas être sollicité, mais surtout il faut couper nos notifications. Éloignez donc votre smartphone et mettez-le en silencieux et coupez votre connexion internet si vous écrivez sur ordinateur.

Si vous bloquez à cause de la page blanche, vous aurez envie de faire autre chose. Chaque distraction à portée de main sera alors une bonne excuse pour procrastiner. Pour sortir de ce blocage, vous devez affronter la page blanche, ne vous détournez pas.

Changer d’environnement

Un autre moyen de limiter les distractions est de sortir de chez-soi et de choisir un autre environnement de travail. Aller dans un café ou une bibliothèque vous met une pression sociale. Les autres personnes autour de vous sont en train de travailler et vous n’avez pas envie qu’elles vous voient ne rien faire.

De plus, vous vous êtes déplacé spécialement pour ça et vous n’avez rien d’autre à faire. Votre seul choix est donc de commencer à écrire. Certaines personnes profitent même des temps de transport (en train ou en avion par exemple) pour écrire. Elles ne peuvent en effet pas sortir avant l’arrivée et se retrouvent seules, face à leur page blanche avec une seule chose à faire.

Le meilleur moyen pour commencer à coucher les mots sur le papier est donc que vous n’ayez que ça à faire. Cela doit être votre seule option.

Écrire ce qui nous passe par la tête

Le plus dur est de commencer à écrire, n’importe quoi. Une fois la machine lancée, le plus dur est fait.

N’écoutez pas vos démons intérieurs

Quand j’avais pour projet d’écrire un roman, j’ai passé des mois à essayer de constituer un plan parfait avant de commencer le premier jet. Finalement je n’ai jamais commencé à écrire ce livre.

Beaucoup de personnes se bloquent car elles ont peur de mal faire. Mais il vaut mieux faire mal que de ne rien faire. Dans un premier temps, n’essayez pas d’être parfait. Écrivez ce qui vous vient, c’est tout. Ne vous posez pas de questions. Allez de l’avant. Vous aurez tout le temps pour revenir sur ce que vous avez écrit et d’améliorer votre texte plus tard.

Commencer au milieu

Si vous êtes bloqué parce que vous ne savez pas comment commencer votre histoire, vous avez une solution : ne la commencez pas. Écrivez en commençant par une autre partie.

Lancez-vous en écrivant ce qui vous inspire le plus. Vous reviendrez sur le début de votre histoire plus tard. Il est tout à fait possible de constituer une histoire dans le désordre si c’est plus facile pour vous. N’oubliez pas qu’après l’écriture du premier jet, il y a un gros travail de relecture et de réécriture. C’est à ce moment que l’on fait en sorte que tout soit cohérent. Avant, l’ensemble peut être décousu.

Écrire ses pensées

Beaucoup d’écrivains tiennent un journal qu’ils écrivent chaque matin. Le journal d’écrivain peut avoir plein de bénéfices mais il permet surtout de rentrer dans le bain. Même si ce que l’on écrit n’a rien avoir avec l’histoire que l’on veut écrire, cela permet de nous mettre en marche.

Vous n’êtes pas obligé de tenir un journal, mais si vous n’arrivez pas à surpasser la page blanche, écrivez vos pensées. Exprimez ce qui vous bloque, ce que vous ressentez, votre frustration. Cela met en marche la partie créative de votre cerveau et vous pousse à continuer à écrire. Des idées peuvent venir d’elles-mêmes lorsque vous écrivez. Dans ce cas n’attendez pas et écrivez-les.

Vous aurez compris que l’important est de commencer à écrire, peu importe quoi. Une fois lancé, vous serez dans une spirale positive de créativité et rien ne pourra vous arrêter.

La procrastination est pleinement intégrée à la vie des écrivains. Être en contact avec d’autres personnes qui écrivent vous permet de rester motivé et de partager votre progression.

Abonnez-vous aux emails si vous voulez rejoindre la communauté et baigner dans le monde de l’écriture au quotidien.

Catégorie
Tags

Derniers articles

Ne pas avoir de méthode, lorsqu’on est écrivain, est un peu comme […]
Le plus important dans une histoire, n’est pas l’histoire en elle-même, mais […]
Aujourd’hui, je pique la célèbre phrase de Ernest Hemingway « Write drunk, edit […]