Comme je l’ai expliqué dans cet article, le protagoniste de votre histoire doit être poussé à prendre des décisions. C’est ce qui rend chaque moment de votre histoire intéressant et qui soutient l’intérêt du lecteur.

Mais comment installer cette prise de décision ? Comment faire en sorte que le personnage soit obligé de faire un choix ? C’est ce que je vous explique dans cet article.

Pourquoi la crise rend votre histoire plus intéressante ?

La crise est le moment où le protagoniste est placé dans une situation où il doit choisir, il n’y a pas d’autres issues. La décision qu’il doit prendre est d’une telle importance, qu’aucun retour en arrière ne sera possible une fois qu’il l’aura prise. Elle constitue donc un drame pour le personnage et donc pour l’histoire.

En lisant un livre, vous est-il déjà arrivé de vous dire que le personnage principal ne pourrait pas s’en sortir ? Qu’il était dans une situation trop grave, sans échappatoire ?

Si oui, alors le livre que vous lisiez comportait une crise. Les lecteurs adorent ce moment parce qu’ils veulent savoir ce qui arrive ensuite. Ils ressentent le besoin de voir comment le personnage va pouvoir s’en sortir et donc ils continuent à lire.

Comment insérer une crise dans votre histoire ?

Les crises sont les fondements de votre histoire. Chaque scène doit donc en comporter une. Au moins une petite. Mais bien entendu, votre histoire doit comporter une crise principale, à laquelle votre personnage est confronté à la fin.

Comme ces crises existent dans la tête de vos personnages, elles ne doivent pas forcément être écrites de manière spécifique. Mais vous, l’écrivain, devez toujours garder en tête la crise de votre histoire.

La crise principale survient juste avant le climax. C’est ce qui précède le choix final du protagoniste. À ce moment, le problème devient tellement grave que le personnage n’a pas d’autre choix que de l’affronter en prenant une décision.

Les deux types de crise

La crise mène toujours le protagoniste à faire un choix. Celui-ci peut être de deux natures différentes :

  • Le choix entre deux mauvaises options. Dans ce cas, le protagoniste doit choisir la moins terrible des deux. Le drame vient du fait que quel que soit son choix, il choisira quelque chose d’horrible. Par exemple dans The Dark Knight, Batman doit choisir entre sauver la femme qu’il aime et sauver le bienfaiteur de la ville. Dans tous les cas, l’un des deux va mourir. Il n’y a pas de bonne option.
  • Le choix entre deux bonnes options incompatibles. Le drame vient donc du fait que le personnage doit sacrifier quelque chose qui lui tient à cœur. Cela peut être le confort contre l’aventure, l’amour contre l’argent, le succès contre la famille, etc.

Vous pouvez employer ces deux types de crise successivement dans votre histoire pour les petites crises secondaires, mais il doit y en avoir une principale à la fin qui mène à la décision fatale.

Pour vérifier si votre histoire comporte une crise assez forte, demandez-vous :

  • Si vos personnages font des choix importants.
  • Est-ce que ces choix sont assez risqués ?
  • Sont-ils déterminants pour eux et pour leur vie ?
  • Comment les mettre dans des situations où ils doivent faire un choix entre deux mauvaises options ou bien entre deux bonnes options incompatibles ?

La crise doit chambouler votre personnage et le lecteur par la même occasion. C’est ainsi que vous pourrez faire de votre histoire, une histoire mémorable.

Tags

Derniers articles

Ne pas avoir de méthode, lorsqu’on est écrivain, est un peu comme […]
Le plus important dans une histoire, n’est pas l’histoire en elle-même, mais […]
Aujourd’hui, je pique la célèbre phrase de Ernest Hemingway « Write drunk, edit […]