Le plus important dans une histoire, n’est pas l’histoire en elle-même, mais comment elle est racontée. Et cela dépend avant tout du narrateur et du point de vue qu’il adopte.

Le point de vue est responsable de comment le lecteur perçoit l’histoire qui est racontée. Il est donc important de choisir le narrateur approprié en fonction de ce que vous voulez transmettre au lecteur et aux émotions que vous voulez lui faire ressentir.

Nous allons donc voir les différents points de vue que l’on peut adopter et quels sont les avantages de chacun par rapport aux autres.

Le point de vue objectif (ou externe)

Le narrateur reste complètement en dehors des personnages et décrit la scène dans un style journalistique. Les pensées et ce qui figure dans la tête des personnages ne sont pas mentionnés. L’auteur s’en remet pour cela à la capacité d’imagination du lecteur.

C’est le point de vue qui offre le plus petit degré d’intimité au lecteur. Il y a une certaine distance. On peut aussi recourir à la narration objective pour créer une aura d’intrigue autour d’un personnage ou d’une situation.

Le point de vue omniscient

Le narrateur sait, voit et entend tout. Il a la liberté d’explorer tout ce qui peut nourrir le sujet du roman. Le narrateur doit posséder une voix (pas forcément celle de l’auteur) qui s’accompagne d’un ton et d’une attitude. Il n’est pas confiné au lieu et au temps d’une scène donnée.

S’il choisit ce point de vue, l’auteur doit avoir beaucoup de choses à dire sur tout dans l’histoire (d’idées à exprimer).

Le personnage point de vue unique (à la première personne)

L’histoire est racontée par le personnage principal. Le mot clé et ≪ je ≫. Le narrateur est le même du début à la fin, il est dans la tête d’un personnage. Il y a une impression d’intimité et une authenticité.

Par contre, le lecteur ne voit, sait et entend que ce que le personnage sait, voit et entends. L’auteur doit alors adopter la voix du personnage. Ce point de vue permet au lecteur de se sentir proche du personnage.

Le personnage point de vue unique (à la troisième personne)

Les avantages et inconvénients sont les mêmes qu’a la première personne. Mais dans ce cas, on emploie le « il » et le lecteur est un petit peu moins proche du personnage. La voix du personnage est en effet moins marquée.

Le point de vue à personnages multiples (à la première personne)

Tous les ≪ je ≫ doivent être différents. Il doit y avoir un ton, un style distinct et une syntaxe distincte. Chaque fois qu’un ≪ je ≫ apparait, dans le récit, il doit être cohérent avec ses apparitions précédentes.

Ce point de vue permet de développer une intimité avec plusieurs personnages. Il faut dans ce cas un sacré talent de création de personnages.

Le point de vue à la troisième personne changeante

L’histoire racontée à la troisième personne, du point de vue de plusieurs personnages. Cela permet de montrer ce que tout le monde mijote, on peut être dans la tête de n’importe quel personnage.

Mais un nouveau point de vue implique une nouvelle voix et un nouveau ton (mais le contraste est moins affirmé à la troisième personne). La multiplication de narrateur a cependant tendance à ralentir le récit.

Le point de vue du narrateur en position d’observateur

L’histoire est racontée par un personnage secondaire (qui est en général en dehors de l’action principale). Il ne dirige jamais le cours de l’action et ne l’affecte jamais de façon significative. Il sait ce qu’il sait parce qu’il y a assisté ou parce qu’on lui a raconté. Exemple : Watson, dans Sherlock Holmes.

Pour conclure, il n’y a pas de meilleur point de vue qu’un autre pour un récit. Cela dépend de l’histoire que VOUS voulez raconter. Et notamment de comment vous voulez que le lecteur découvre l’histoire et quel rapport vous souhaitez qu’il ait avec les personnages.

Une histoire n’a pas le même sens en fonction du narrateur qui la raconte et du point de vue qu’il adopte.

C’est donc un élément essentiel dans une histoire, qu’il faut clairement définir. Il doit être décidé en amont du premier jet et doit rester constant tout le long du récit, bien qu’il puisse y avoir quelques exceptions pour quelques scènes courtes.

Tags

Derniers articles

Dans ma vie professionnelle, comme dans ma vie personnelle, j’aime me lancer […]
Écrire est une activité difficile. Cela demande de la créativité, la capacité […]
Il y a une semaine, j’ai commencé le défi du Nanowrimo. Il […]