Faire rire un lecteur est un bon moyen de le séduire émotionnellement. C’est parfois les moments les plus drôles d’une histoire que l’on retient le mieux, même si celle-ci n’est pas du genre comique.

Mais alors comment faire rire le lecteur ?

Tout d’abord, il ne faut pas chercher à le faire rire à tout prix. Le rire doit servir et émerger du récit, ce n’est pas quelque chose que l’on plaque sur le texte de manière externe.

On ne peut pas forcer le lecteur à rire, mais on peut mettre en place une situation ou un personnage comique. Le lecteur réagira alors à sa façon par rapport à ce que vous avez écrit, on ne peut pas contrôler cela.

L’essentiel est que votre texte vous fasse d’abord rire vous, et que vous arriviez à comprendre pourquoi. Vous pourrez alors identifier d’où vient le comique et ainsi l’améliorer ou bien recréer une situation du même genre par la suite.

Je vous présente donc trois moyens pour faire rire votre lecteur.

Les 3 types de comique

J’identifie ici trois catégories d’humour dans un récit tel que le roman ou la nouvelle. Dans le genre théâtral vous retrouverez aussi d’autres types de comique que je ne cite pas ici. La raison en est qu’ils sont moins utilisés en dehors du théâtre car plus difficiles à mettre en place.

1. Le comique de situation

L’humour vient du contexte de la scène. Les personnages sont placés dans une situation improbable, drôle ou inhabituelle.

Le comique peut venir d’une situation absurde, ironique ou bien surprenante. Le quiproquo est également un comique de situation très utilisé : dans ce cas il y a un malentendu car l’un des personnages prend une personne ou une chose pour une autre.

2. Comique de caractère

Celui-là vient du trait de personnalité d’un personnage ou d’une idée fixe, voire d’un goût particulier qu’il peut avoir. On peut également mettre en évidence les vices et défauts des personnages.

Le comique peut venir d’une obsession absurde d’un personnage, ou bien de son snobisme, ou encore de sa façon de vivre ou de se comporter.

3. Le comique de mots

Le comique de mots est très large. Il regroupe beaucoup de façons de créer l’humour à travers ce que disent les personnages ou le narrateur. Il peut venir de déformations de mots, de prononciations inhabituelles, de langages inventés ou tout simplement d’une façon de parler exagérée.

La situation peut être encore plus drôle lorsqu’on met face à face deux personnages qui parlent de façon très différentes et qui ne se comprennent pas complètement.

Le comique peut venir de plusieurs choses, par exemple : de la répétition, de l’exagération, ou alors de la franchise (un personnage qui reconnaît une émotion que tout le monde aurait cachée est souvent très drôle).

Plusieurs figures de style peuvent accentuer le comique verbal :

  • l’hyperbole
  • la litote
  • l’euphémisme
  • l’antiphrase
  • la comparaison
  • la métaphore
  • le chiasme

Il est important de le pas dire au lecteur que ce que vous écrivez est drôle, et de le laisser en juger par lui-même. Par exemple n’écrivez pas « Florent fit une blague : « … » », ou « Philippe plaisanta : « … » ».

Le comique dans le roman ou la nouvelle vient donc principalement de la situation, du personnage ou de ce qu’il exprime.

Il a des centaines de façons de créer le comique dans une histoire, cela dépend de votre humour. Je vous présente seulement les grandes catégories d’humour dans une fiction pour vous guider mais à vous de les exploiter comme bon vous semble et de créer des scènes désopilantes.

Bonne chance et bonne écriture !

Tags

Derniers articles

Combien de fois avez-vous abandonné une histoire en cours d’écriture ? Commencer à […]
Il y a quelques jours, j’ai eu un nouveau smartphone. J’ai découvert […]
D’un côté, il y a les livres.  De beaux objets qui renferment […]